En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus ainsi que des services adaptés à vos centres d'intérêts et pour nous permettre de mesurer l'audience.

EN SAVOIR PLUSICI

Chemin de pèlerinage de Bickesheim

18 km   I   DÉNIVELÉ 0 m  I   DURÉE 4h30   I  FACILE

Tour dans la région de Durmersheim
Téléchargez les informations de cette visite sous forme de PDF compact

DESCRIPTION SUCCINTE:

Ce chemin de pèlerinage facile à travers la plaine du Rhin mène d’églises en chapelles, de calvaires en œuvres d’art sacrales d’Emil Wachter. Ces sites donnent à ce circuit un caractère tout particulier. Restaurants sympathiques le long du chemin.

 

DÉPART / ACCÈS

  • Départ-Arrivée : Église de pèlerinage Sainte-Marie de Bickesheim (Wallfahrtskirche Maria Bickesheim) à Durmersheim

  • Accès : Prendre l’autoroute A5 : en direction de Francfort – Bâle, prendre la sortie 48 Karlsruhe-Süd, et en direction de Bâle – Francfort, prendre la sortie 49 Rastatt-Nord

  • Transports en commun : Depuis Karlsruhe/Rastatt : prendre le S4 ou le S41 jusqu’à Durmersheim-Nord ou le S2 jusqu’à Merkur­straße ou Bach West (depuis Karlsruhe) / Possibilité de rejoindre le circuit à l’embarcadère du bac Baden-Pfalz.

     

 

À VOIR

  • L’église de pèlerinage Sainte-Marie de Bickesheim avec sa madone (Gnadenmadonna) et ses fresques gothiques

  • le cimetière avec une chapelle ardente

  • la chapelle Emmauskapelle et le mémorial de guerre « les parents et leur défunt » (Die Eltern und der tote Sohn) d’Emil Wachter

  • l’église St. Ursula

  • la chapelle St. Ursula à Neuburgweier 

  • l’église St. Andreas 

  • la chapelle Saint-Antoine (Antoniuskapelle)  à Au am Rhein

  • l’église Herz-Jesu à Würmersheim – églises avec des œuvres sacrées d’Emil Wachter – le musée sur l’histoire des civilisations dans l’espace PAMINA à Neuburgweier

  • le Musée de la Hardt (Hardtmuseum) à Durmersheim

  • des paysages typiques de la plaine inondable du Rhin entre l’embarcadère du bac et Au am Rhein.

 

 

RESTAURANTS / AUBERGES

  • Eiscafé Müller à Neuburgweier; Zollhaus (à l’embarcadère du bac Baden-Pfalz); DJK-Clubhaus à Au am Rhein; Gaststätte Pilgerheim près de l’église de Bickesheim à Durmersheim.

DESCRIPTION DU CIRCUIT

Le chemin de pèlerinage de 18 km à travers la plaine du Rhin et à l’écart des routes à grande circulation comporte seulement de petites montées et peut être facilement parcouru aussi bien à pied qu’à vélo. Le chemin est balisé par les panneaux ovales du Parc Rhénan PAMINA Bickesheimer Pilgerpfad. Le départ et l’arrivée se font à l’église de pèlerinage Sainte-Marie de Bickesheim de Durmersheim, construite il y a environ 1000 ans.

En sortant de l’église par le portail principal, empruntez un chemin qui descend pendant quelques mètres. Suivez ensuite les panneaux indiquant Bickesheimer Pilgerpfad. En sortant de la forêt Heilwald, les randonneurs peuvent soit tourner à gauche sur la digue invitant à la méditation et à la contemplation jusqu’au club d’équitation de Mörsch ou continuer sur le chemin en contrebas de la digue jusqu’à Neuburgweier. Les deux chemins rejoignent ensuite le chemin principal. Les cyclistes quant à eux devront aller tout droit en sortant de la forêt Heilwald. Depuis le cimetière de Neuburgweier, empruntez la Tullastraße pour vous rendre à l’église St. Ursula, puis continuez en direction du Rhin et de l’église St. Andreas d’Au am Rhein. Le chemin passe ensuite devant la chapelle Antoniuskapelle et dans la forêt Rottlichwald pour arriver sur la route K 3722 ; de là, continuez sur la piste cyclable en direction de Würmersheim jusqu’à la Weißenburger Straße pour retourner à l’église Sainte-Marie de Bickesheim.

Art ecclésiastique dans la région   

A. Eglises et chapelles 

La visite de l’église de pèlerinage Sainte-Marie de Bickesheim aujourd’hui en grande partie baroque est intéressante. Vous y découvrirez sa madone (Gnadenmadonna) (fin 13ème siècle), ses fresques gothiques (14ème siècle) dans le chœur Sainte-Catherine (Katharinenchor), son grand tableau historique (1909) surplombant l’arc principal du chœur et qui représente une partie de l’histoire de la maison princière sud-badoise disparue et son plus ancien blason badois sculpté dans la pierre de la colonne qui soutient la chaire (13ème siècle). Pour de plus amples informations, des plaquettes sont mises à votre disposition dans le présentoir de l’église et vous renseignent sur l‘église, les fresques et le tableau. 

Le cimetière de Neuburgweier abrite trois œuvres d’Emil Wachter, un artiste du pays né en 1921. Juste derrière l’entrée du cimetière sur la droite se trouve sa première sculpture, un mémorial de guerre intitulé  « les parents et leur défunt » (Die Eltern und der tote Sohn). Il a réalisé les vitraux de la chapelle ardente en deux parties sur le thème de la résurrection et de sa signification pour les Chrétiens. L’une des scènes des vitraux représente les disciples cheminant vers Emmaüs.

Emil Wachter reprend ce thème en 2009 lors de la restauration de la chapelle Emmauskapelle qui se trouve au fond du cimetière. Les deux disciples sont assis à table, émerveillés, la troisième chaise est vide. Ici était assis le Christ ressuscité, qui leur a expliqué les Ecritures et rompu le pain. Jésus-Christ trône maintenant au-dessus d’eux sous forme d’agneau. 

Emil Wachter a réalisé les vitraux avec les douze apôtres dans l’église St. Ursula dans ses jeunes années, alors que les peintures du chœur bien conservées dans les tons rouges et bleus datent de 1991. La mort de Jésus sur la croix et sa résurrection trois jours plus tard constituent le thème principal du tableau, thème abordé dans l’Ancien Testament, et a fortiori dans le Nouveau Testament : l’histoire d’Abraham dans l’Ancien Testament et la Transfiguration sur le Mont Tabor dans le Nouveau Testament. Le dragon de couleur rouge sang, qui dans l’Apocalypse veut dévorer la jeune femme (Marie) et son nouveau-né, symbolise le misanthrope et porte plusieurs noms et dénominations : Hitler, Staline, etc. (des descriptions plus détaillées se trouvent dans l’église).

À environ 100 m en direction de Mörsch se trouve la chapelle St. Ursula, aujourd’hui utilisée par la paroisse protestante. Elle est malheureusement fermée la plupart du temps. Mais à gauche de l’entrée se trouve une sculpture en béton représentant le bateau de Sainte-Ursule. Elle a été réalisée dans le même style que les nombreuses sculptures qui ornent la remarquable Autobahnkirche („église de l’autoroute“) près de Baden-Baden, l’église édifiée par Emil Wachter la plus connue. En face de la chapelle se trouve le musée du Parc Rhénan PAMINA sur l’histoire des civilisations rhénanes.

Les peintures de l’église St. Andreas d’Au am Rhein ont également été réalisées par Emil Wachter mais l’église nous laisse une toute autre impression que l’église St. Ursula. La partie inférieure des vitraux réalisée en 1992 montre différentes paraboles de Jésus et dans l’axe central de la voûte sont représentées les huit béatitudes. Les peintures du chœur montrent quatre scènes inspirées de la vie de l’apôtre et saint patron de l’église, Saint-André. Les trois premières scènes sont mentionnées dans l’évangile de Saint-Jean (1, 35-41), tandis que la quatrième montre son exécution sur la croix de Saint-André, tel que nous le relate la légende. 

L’immense rosace, réalisée par Emil Wachter, qui inonde le chœur de sa lumière, est également remarquable (De plus amples informations sont mises à disposition dans le guide qui se trouve dans le fond de l‘église ; les dernières pages sont consacrées à la chapelle Antoniuskapelle).

La chapelle Antoniuskapelle, qui a été fondée suite à un vœu religieux, est malheureusement fermée la plupart du temps, mais à travers la fenêtre, on peut reconnaître un retable de Saint-Antoine. Juste à côté de la chapelle, un panneau d’information du Parc Rhénan PAMINA renseigne sur la tradition religieuse du « Wiehwisch » de la commune Au am Rhein : le « Wiehwisch » est une gerbe de plantes médicinales, qui est bénie dans l‘église le jour de l’Assomption.

L’église Herz-Jesu de Würmersheim est une basilique à trois nefs construite en 1912-14 de style art nouveau tardif. La décoration intérieure d’origine a été entièrement préservée. Les vitraux non-figuratifs de part et d’autre du maître-autel ont été réalisés par Emil Wachter. Sur l’autel latéral de droite, un autel baroque de 1788 provenant de l’église antérieure est représenté le saint patron des pèlerins, Jacques le Majeur, avec son bâton en compagnie de la Vierge Marie et des anges. L’autel latéral de gauche a été réalisé en style néo-baroque (voir la parution Kunst- und Kulturdenkmale im Landkreis Rastatt und in Baden-Baden, Theiss-Verlag 2002, page 169).

B. Calvaires

Vous trouverez le plus ancien calvaire en pierre de Neuburgweier en traversant la Rheinstraße. Il a été construit en 1819 et s’inspire du style baroque. La Vierge Marie est transpercée d’une épée pour symboliser la douleur qu’elle éprouva lors de la crucifixion de son fils innocent. On la dénomme ainsi Mater dolorosa, Mère des douleurs. On peut aussi la désignée par « Vierge du Saint-Rosaire » (ou « Reine du Saint-Rosaire »), car les anges sont assis à l’extrémité de la barre transversale sur une couronne de roses (on peut réciter ici un mystère douloureux du rosaire).

Neuf calvaires au total sont érigés à Au am Rhein, dont deux sur le chemin de pèlerinage ; le premier construit en 1900 et orné d’une statue de la Vierge Marie se trouve juste à côté de l’église. L’inscription sur le socle incite le pèlerin à se repentir de ses péchés. Le deuxième, construit en 1892, se dresse devant la chapelle Antoniuskapelle. Ici aussi se trouve une statue de Marie Immaculée sur un socle néo-gothique datant de 1864.

Juste avant Würmersheim, se dresse un crucifix datant de 1896, lequel mérite l’attention. Sur le pied de la croix, on peut voir les instruments de la passion du Christ et aux extrémités de la barre transversale, des têtes d’anges. Sur le pied de la croix, juste au-dessus de l’inscription, on peut reconnaître une tête de mort et des os. Ils rappellent moins le caractère éphémère de la vie mais bien plus la victoire sur la mort grâce au sacrifice du Christ. La tête de mort et les os symbolisent les ossements d’Adam, dont le péché originel a rendu nécessaire l’acte de rédemption du Christ. La croix du Christ est donc érigée symboliquement sur la tombe d’Adam, conformément à la 1ère Epître aux Corinthiens (15, 21-22), où il est écrit : „Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront dans le Christ.“

S’ensuivent les instruments du martyre : la colonne de la flagellation avec la corde, la cruche avec le vinaigre, les échelles, les clous, les tenailles, le fouet, le marteau et la lance. Ils rappellent les souffrances de la Passion, mais ils sont considérés dans l’art baroque comme les trophées de la victoire que le Christ remporta grâce ou justement à cause des humiliations qu’il a subies ; en même temps, ils nous incitent à suivre audacieusement l‘exemple du Christ crucifié. Les têtes d’ange aux extrémités de la barre transversale expriment la compassion divine lors de la crucifixion et renvoient ainsi à la Résurrection et à l‘Ascension du Crucifié. 

À la sortie du village, en direction de Durmersheim se dresse un autre crucifix remarquable, une croix avec une niche datant de 1687, qui a été rénovée en 1757 et en 1982. C’est l’un des plus anciens calvaires de la région. Comme les tailleurs de pierre locaux ne se sentaient pas capables de sculpter le corps du Christ dans son entier, seules les cinq blessures aux mains, aux pieds et au cœur ont été sculptées en bas-relief ainsi qu’une petite niche dans laquelle une petite Pietà a été déposée. Au croisement des rues Weißenburgerstraße et Pilgerstraße se trouve un calvaire, qui représente en raison de sa proximité avec l’église Sainte-Marie de Bickesheim la Mère de Dieu levant un regard rempli de douleurs vers son fils. L’inscription exprime sa douleur à travers un texte tiré du Livre des Lamentations de l’Ancien Testament.

Sur le chemin menant à l’église de pèlerinage, à gauche, juste au bord de la rivière Federbach se trouve une croix commémorative datant de 2009. 

Informations sur les visites guidées :

Des visites guidées des églises ou sorties dans la nature sont organisées sur simple demande par M. Paul Hengsbach, guide-accompagnateur du Parc Rhénan PAMINA, Tél.: +49 7245 2462

Vous obtiendrez de plus amples informations sur ce chemin et d’autres itinéraires de randonnée du Parc Rhénan PAMINA au n° de tél. Suivant : +49 7222 25509

CONTACT

Kirchen-, Weg- und Naturführungen können gebucht werden bei:
PAMINA-Rheinpark-Guide Paul Hengsbach, Tel.: 07245/2462

Weitere Informationen über diesen und andere Wege im PAMINARheinpark
erhalten Sie unter Tel: 07222/25509

 

Référence photo sur cette page:
Image de couverture: St. Ursula – Foto Fabry / Stadt Rheinstetten
Carte: map.solutions GmbH